vendredi, mai 20, 2005

Les GRANDS REQUIN BLANCS......en MÉDITERRANÉE...I

  • Résumé. - Capture d’une femelle gravide de requin blanc dans le golfe de Gabès (Tunisie méridionale, Méditerranée centrale) avec des commentaires sur l’oophagie chez les requins.es auteurs relatent la capture par un thonier d’une femelle gravide de requin blanc dans le golfe de Gabès (Tunisie méridionale, Méditerranée centrale), le 26 février 2004. La mère portait quatre embryons en cours de développement, mesurant entre 132 et 135 cm de longueur totale et pesant entre 27,65 et 31,50 kg. Les embryons présentaient un abdomen fortement distendu sous l’effet du vitellus qui emplissait leur estomac, ce qui confirme que l’espèce est oophage. Des commentaires sur l’oophagie pendant le développement embryonnaire sont présentés en se fondant sur une revue de la littérature et plus spécialement sur des publications concernant le requin blanc, mais aussi d’autres espèces oophages telles que le requin-taupe commun, Lamna nasus, le requin-taupe bleu, Isurus oxyrinchus et le renard à gros yeux, Alopias superciliosus.

  • La banque de données italienne Grand Requin Blanc propose de rassembler les informations et les observations sur la présence, la distribution et la biologie du requin blanc Carcharodon carcharias en mer Méditerranée.A ce jour, 292 observations, correspondant à un total de 343 spécimens, sont recensées. Certaines remontent à 1800 et bon nombre d'entre elles proviennent de la zone comprenant la Sicile, Malte et la Tunisie, où un total de 107 spécimens ont été observés. Suivent la mer Adriatique avec 71 spécimens, la mer Tyrrhénienne (52 spécimens), et la mer Ligurienne (26 spécimens).Ce sont pour la plupart des données anciennes : l'espèce semblait être assez commune dans la zone nord-orientale au XIXe et au début du XXe siècle alors qu'aujourd'hui les observations deviennent très sporadiques.Quarante-six cas d'attaques d'êtres humains ont été rapportées, mais il faut immédiatement ajouter que les témoignages relatifs à dix d'entre elles doivent être considérés comme douteux, et que dans les autres cas, l'identification de l'espèce responsable peut être erronée.De plus, ce chiffre est relativement peu élevé, si l'on considère l'étendue de l'aire géographique et la durée sur lesquelles la recherche a été menée.Le régime alimentaire des grands requins blancs en Méditerranée, comme dans d'autres mers du monde, est constitué de poissons osseux, en particulier de thons, de requins d'espèces diverses, de tortues marines et de cétacés.Concernant la taille maximale, de nombreux témoignages mentionnent de très grands spécimens atteignant jusqu'à dix mètres de longueur. Mais aucune preuve n'étaie de façon certaine leur réelle existence.De même, le cas médiatisé comme le record mondial, d'une grande femelle de 7,14 mètres de longueur capturée à Malte en 1987, suscite aujourd'hui une grande perplexité.



2 commentaires:

adib a dit…

aie , pour un planchiste comme moi, ça fait froid au dos:):)
mais j'aimes le risque:)

dadi a dit…

De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ?
De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,
Aux sources, à l'aurore, à la nuée, aux vents ?
De quel droit volez-vous la vie à ces vivants ?

Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naître
L'aile pour l'accrocher au clou de ta fenêtre ?
Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?
Qu'est-ce qu'ils ont donc fait tous ces innocents-là

Pour être au bagne avec leur nid et leur femelle ?
Qui sait comment leur sort à notre sort se mêle?
Qui sait si le verdier qu'on dérobe aux rameaux,
Qui sait si le malheur qu'on fait aux animaux

Et si la servitude inutile des bêtes
Ne se résolvent pas en Nérons sur nos têtes ?
Qui sait si le carcan ne sort pas des licous ?
Oh! de nos actions qui sait les contre-coups,

Et quels noirs croisements ont au fond du mystère
Tant de choses qu'on fait en riant sur la terre ?
Quand vous cadenassez sous un réseau de fer
Tous ces buveurs d'azur faits pour s'enivrer d'air,

Tous ces nageurs charmants de la lumière bleue,
Chardonneret, pinson, moineau franc, hochequeue,
Croyez-vous que le bec sanglant des passereaux
Ne touche pas à l'homme en heurtant ces barreaux ?

Prenez garde à la sombre équité. Prenez garde !
Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.
Ne comprenez-vous pas que vous êtes méchants ?
À tous ces enfermés donnez la clef des champs !

Aux champs les rossignols, aux champs les hirondelles ;
Les âmes expieront tout ce qu'on fait aux ailes.
La balance invisible a deux plateaux obscurs.
Prenez garde aux cachots dont vous ornez vos murs !

Du treillage aux fils d'or naissent les noires grilles ;
La volière sinistre est mère des bastilles.
Respect aux doux passants des airs, des prés, des eaux
Toute la liberté qu'on prend à des oiseaux

Le destin juste et dur la reprend à des hommes.
Nous avons des tyrans parce que nous en sommes.
Tu veux être libre, homme ? et de quel droit, ayant
Chez toi le détenu, ce témoin effrayant ?

Ce qu'on croit sans défense est défendu par l'ombre.
Toute l'immensité sur ce pauvre oiseau sombre
Se penche, et te dévoue à l'expiation.
Je t'admire, oppresseur, criant: oppression !

Le sort te tient pendant que ta démence brave
Ce forçat qui sur toi jette une ombre d'esclave
Et la cage qui pend au seuil de ta maison
Vit, chante, et fait sortir de terre la prison.

(LA LÉGENDE DES SIÈCLES)